Au loup!

Le berger Bernard Bruno a perdu plus d’un millier de brebis à cause des loups.
Photo Rebecca Marshall pour The New York Times.

Un article dans le New York Times. Les loups dans le sud-est de la France font des ravages. 20.000 brebis tuées en une vingtaine d’années, d’après les chiffres officiels. Des bergers qui ont perdu déjà un millier de brebis, voire plus, qui ont dû se procurer des chiens bergers, des Montagne Pyrénées ou patous (qui risquent d’attaquer les promeneurs à leur tour, à ce qu’il paraît), et construire des bergeries fermées ou en tout cas des clôtures pour que les moutons soient protégés la nuit. Et les autorités ont déjà débourser des millions d’euros pour dédommager (dans la mesure du possible) les bergers – qui se disent que les écologistes protecteurs des loups sont des citadins qui n’ont rien compris à l’environnement réel.

Evidemment, les noms qui aparaissent dans cet article, les problèmes mentionnés, sont les mêmes que ceux qui apparaissent dans le portfolio et le dossier du Monde du mois de mai (que j’avais loupés – c’est le cas de le dire – à l’époque). Les autorités, dans leur ‘plan loup‘ (tiens, tiens, aux Pays-Bas aussi, un tel plan est en préparation) naviguent entre protection et abattage des loups, tout en dépensent effectivement de fortes sommes en dédommagements – et tout ça pour 250 loups! Mais quels goinfres, ces bêtes-là, qui, rien qu’en 2012, ont tué 5 848 brebis. Calcul rapide: cela fait 24 moutons par animal (louveteaux compris) et par an. Une bête par quinzaine. Est-ce plausible? Sans doute, je n’ai aucune idée. Mais il paraît que le nombre de loups augmente d’autant plus rapidement que les proies sont faciles – et cela est plausible.

Les loups sont en progression partout. Apparemment, une louve (tuée sur une route…) a même, semble-t-il, atteint une partie relativement centrale des Pays-Bas. En Allemagne, il y en a déjà plusieurs centaines, et les loups progressent vers l’ouest. Les écolos s’en réjouissent, les ruraux – bergers en tête – nettement moins.

Que faire? Qui croire? Peut-être devrions-nous quand même, ne serait-ce que pour être informés complètement, écouter les berger des Alpes du sud-est. Il y a là un dilemme, c’est le moins qu’on puisse dire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.