Simone

Féminisme et « Temps modernes », par Liliane Kandel
LE MONDE DES LIVRES | 10.01.08

© Le Monde.fr

Simone de Beauvoir jeuneEh oui, on se souvient, surtout ces jours-ci. Cent ans elle aurait eus avant-hier, la ‘petite’ Simone. C’est cela qui m’a toujours étonnée: qu’elle soit si petite, si menue. Qu’elle ait la voix si haut perchée – et les ongles petits, vernis rouge. Mais surtout: qu’elle ait si peu des allures de vedette. Elle était étonnammant accessible, aimable, à la limite de la timidité. Peut-être nous considérait-elle comme des ‘petites pestes’, comme l’écrit Liliane, elle ne le montrait pas. Elle bravait nos discussions interminables, nos disputes fumeuses, à plus d’un titre. Elle ne disait pas grand’chose, elle écoutait. Et elle nous soutenait. Comme cette nuit où nous occupions un foyer pour jeunes mères célibataires. J’ai oublié les raisons de cette occupation, peut-être même ne l’a-t-on jamais su. Mais qu’on ait raison ou qu’on ait tort, elle était là, Simone. Voilà l’important.

Et elle était humaine, avec ses défauts et ses faiblesses. La dernière image que je garde d’elle, c’est celle d’une petite souris éperdue de douleur, recroquevillée sur sa chaise au cimetière Montparnasse. Quelle solitude, au mileu de cette foule venue pour rendre hommage autant à elle qu’au compagnon qu’elle venait de perdre. C’était une très, très grande petite dame.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.